RETROSPECTIVE 1977

René Brément s'est imposé avec Pierre Pascal,
à l'émission "la tête et les jambes"

Pour remplir son contrat et ainsi repécher Pierre Pascal, René Brément devait réussir 80 points en 20 javelots, soit une moyenne de quatre. En réussissant 84 points il s'imposa donc avec Pierre Pascal en cinquième semaine du jeu.

René Brément Il ne paye pas de mine, René Brément, et même certains téléspectateurs, purent s'amuser de le voir répondre parfois à Thierry Roland avant même que les questions n'aient été posées. Mais il serait trop facile et trop dangereux de se fier à cette simple apparence.

Car, semblable comportement était celui d'un homme concentré sur son sujet et faisant fi de l'environnement. Tout d'ailleurs, dans sa manière de jouer correspondit à cette saine vision des choses.

Ainsi, jamais durant l'émission, Réné Brément ne jeta un oeil vers le petit écran. "J'ai compris cette bétise en première semaine. Très vite, j'ai compris qu'il était impossible de bien se préparer à jouer en suivant son partenaire. Au javelot, il faut toujours lancer afin que le bras soit échauffé et ne pas perdre la main ".

Autre preuve de cette lucidité : sa préparation entre deux émissions. " Je n'ai jamais lancé d'une semaine à l'autre car dans le Nord, nos cibles ne comportent que trois cercles (5,4, et 3). Or, pour la tête et les jambes, les organisateurs avaient ajouté deux autres cercles (1 et 2) afin d'éviter les javelots perdus et de favoriser le spectacle. De plus, le cadre de l'I.N.S. étant tout autre que celui des javelodromes, cela aurait était pire que mieux que de s'entrainer entre deux lundis".

Cette attitude relève d'un sportif éclairé. René Brément est l'amateur pur dans toute l'acceptation du terme.

Ainsi, voulut-il aller jusqu'au bout du risque de tout perdre. Il agit comme un professionnel consciencieux. Rien d'étonnant alors à ce qu'il soit le premier Français à s'être imposé depuis des lustres dans cette émission.

Aussi, au delà du couronnement de cet homme sage, qui sans cette émission serait demeuré dans l'ombre (et c'eût été dommage), cela prouve qu'avec de la foi, et de l'expérience, on peut beaucoup.

Dans l'histoire, le javelot y a gagné enfin ses lettres de noblesse et, du coup, le projet d'une fédération Française de javelot véritablement représentative, projet en sommeil depuis des années, devraient aboutir dans un proche avenir.

Les sociétaires de l'Union Sportive du javelot Arrageois avaient vraiment tout lieu d'être heureux lundi soir.

"Je suis vraiment content pour René Brément qui méritait bien cette victoire" : Réfexion de Thierry Roland, une fois les projecteurs éteints, qui prend tout son sens quand on connaît la personnalité du journaliste d'Antenne 2.

René Brément
"C'est une aventure formidable, je ne peux pas y croire", lâcha René Brément visiblement ému. Effectivement, en moins de deux mois, le leader de l'union Sportive du javelot Arrageois venait de vivre quelque chose d'assez exceptionnel !

(Extrait de l'article du journal "La Voix du Nord" du mercredi 26 octobre 1977, texte de Gilles Guérin, Photos de Gilbert Van Sevendonck)